Oh là là, il est grand temps de descendre au sous-sol préparer une machine car le panier déborde !
Le linge trié, je le mets dans le tambour, ajoute la lessive et un peu de produit adoucissant,
règle la machine et hop, j’appuie sur le bouton marche…

Le linge lavé et essoré, je le transborde dans le sèche-linge et d’ici une heure tout sera sec.
La moitié sera pliée et il ne me restera donc que quelques petites pièces à repasser…

Je me revois encore enfant dans la petite dépendance
qui se trouvait derrière la maison de ma grand-mère...

C'était les vacances et je passais la journée chez elle.
Sur le grand fourneau à charbon, une énorme marmite chauffait et, de temps en temps,
je la voyais tourner les pièces de linge blanc avec sa longue cuillère de bois prévue à cet effet.

Mes grands-parents habitaient à quelques maisons de la nôtre,
au rez-de-chaussée d' un immeuble avec deux étages au-dessus.
Six familles y logeaient et toutes les maisons de la rue étaient identiques.
Derrière on trouvait les dépendances, une par famille, et en les contournant
on arrivait dans les jardins…

Nous étions lundi et aussi loin que je pouvais voir avec mes petits yeux,
les portes des dépendances étaient presque toutes ouvertes.
Les femmes s’activaient aux mêmes tâches.

Ce qu’on appelait déjà à l’époque une «machine à laver»
était complètement ouverte sur le dessus.
Dans le fond on devinait 2 pales qui fonctionnaient grâce à l’électricité.
Du linge de couleur tournait à l’intérieur dans une eau chaude et savonneuse.
Un long tuyau, qui sortait du bas, était accroché sur le rebord, dessus.
La machine était surmontée de deux rouleaux entre lesquels elle passait ensuite
ses morceaux de linge.
En tournant la manivelle, il ressortait essoré de l’autre côté.
Ensuite elle rinçait le tout dans le grand bac carrelé,
repassait à nouveau son linge entre les rouleaux et hop...
allait suspendre le tout sur les longues cordes du jardin
pendant que je m'amusais à courir après les papillons…

Comme la machine était sur roulettes, elle la poussait facilement
jusqu’à la porte d'entrée
et mettait le tuyau dans le caniveau pour la vider.

A l’aide de sa grande cuillère, grand-mère sortait enfin
le linge de coton blanc de la marmite
pour la jeter elle aussi dans la machine à laver.
Oui, elle avait l’habitude de «cuire tout ce qui était blanc» auparavant.
Moi je devais alors rester à l’écart car il y avait risque de brûlures,
mais je ne perdais pas une miette de ce qu’elle faisait
et j'étais fascinée par ses gestes assurés !

Mais en ce temps-là, ce que j’aimais par-dessus tout hi hi hi
c’était le moment où elle ouvrait son nouveau paquet de lessive...
pourquoi...
parce qu’il y avait toujours un mini jouet à l’intérieur !!!

   

   

   

Un médaillon en cadeau aujourd'hui,
il mesure environ 16 cm de diamètre mais vous pouvez bien sûr
le redimensionner à votre convenance

 

266

 

J'ai intentionnellement "sali" la dentelle du pourtour
pour lui donner cet aspect vieilli

Si vous aimez ma création, allez l'enregistrer au format réel ici !

    

   

Un grand merci au site Magic Moonlight Studio
qui offre cette superbe image ancienne utilisée ici !

         

Merci également à
IMSLP / Petrucci Music Library
The free public domain sheet music library,
pour la partition !