A 1h50 et sur la ligne Paris-Francfort,
le premier arrêt du TGV-ICE,  après la frontière, a lieu à Saarbrücken (Sarrebruck).

  

Capitale du plus petit Land allemand, elle avoisine les 180 000 habitants et
L'eurodistrict de Sarrebruck-Forbach en compte environ 700 000.

  

Sarrebruck (Sarabrucca) ne doit pas son nom aux ponts
(en allemand : Brücke, pluriel : Brücken)
au-dessus de la Sarre comme on pourrait le croire,
car les premières mentions du lieu datent d'une époque
où il n'y avait pas encore de pont sur cette dernière
(le premier pont, l'Alte Brücke a été construit 500 ans après la première mention du nom).

En réalité, le nom Sarrebruck vient probablement de l'ancien nom de la forteresse
située sur un rocher (= Brocken) de Sarabrucca.
Ce rocher porte aujourd'hui le Château de Sarrebruck.

  

  

***

  

  

  

Un château aux mille visages
(lagenda.com)

Construit à l'époque médiévale, le château de Sarrebruck a évolué au fil des siècles,
suite à de nombreux grands travaux.
Il a ainsi été au XVIIe siècle imprégné par le style Renaissance
avant de devenir définitivement un château baroque au XVIIIe siècle.
Malheureusement, le bâtiment a souffert des affres du temps.
Il fut en partie brûlé avant d'être reconstruit dans les années 1980 avec,
en son centre, un bâtiment de verre et d'acier.

  

  

  

  

  

Cliquez sur les photos pour mieux voir...

  

  

  

Saarbruecken_merian

  

Le château d'après Matthäus Merian (17ème siècle)

  

  

  

  

  

  

SchlossSaarbrueckennach1748

  

Huile sur toile : après reconstruction par l'architecte Friedrich Joachim Stengel (vers 1765)

  

  

  

  

  

  

Saarbruecken_1770

   

Huile sur toile : vue sur le château depuis l'autre rive de la Sarre (vers 1770)

  

  

  

  

  

  

***

  

  

Et voilà à quoi ressemble le château aujourd'hui...

  

1031

  

Suite à des fouilles très importantes sur cette place,
on peut visiter depuis 2007 les fortifications du château fort de Sarrebruck
enfouies depuis des siècles sous terre.
Le Musée historique de la Sarre qui se trouve juste à côté
propose à ses visiteurs une occasion unique
de vivre au plus près 500 ans d’histoire en un lieu du passé....
et cela à 14 mètres sous terre !!!

  

  

  

  

  

  

1032

  

La fontaine se trouve à gauche en arrivant sur la place...

  

  

  

  

  

  

1033

  

Une plaque énigmatique avec juste la mention "Platz des Unsichtbaren Mahnmals"
(Place du mémorial invisible).

  

Datant de 1993, ce monument est l'œuvre de Jochen Gerz et de ses étudiants.
C'est la nuit que Gerz et ses étudiants se sont rendus au château de Sarrebruck,
y ont déterré clandestinement des pavés
et ont gravé sur la face contre terre les noms des cimetières juifs existants en Allemagne
avant le troisième Reich et qui avaient disparus.
Les pierres ont ensuite été remis à leur place...


Leurs agissements découverts suite à des rumeurs,
ils reçurent néanmoins toutes les autorisations pour continuer...
Au total 2146 noms et lieux
se trouvent ainsi cachés sur la bande centrale menant au château.

  

  

  

  

  

  

1034

  

Un escalier à l'extérieur...

  

  

  

  

  

  

1035

  

Partie centrale à l'arrière, au-dessus de la sortie vers les remparts...

  

  

  

  

  

  

1037

  

La porte arrière en ferronnerie...

  

  

  

  

  

  

 Mes sources

Schloss Saarbrücken - Wikipedia

Le site officiel de la ville de Saarbrücken

Saarbrücker Kasematten

Souvenirs concernant le mémorial (par Jochen Gerz) - Civis Memoria

  

  

  

  

  

D'autres billets concernant cette ville voisine que j'aime tant
(juste de l'autre côté de la frontière) paraîtront encore dans le futur ici.
On restera dans la "Altstadt" (vieille ville) à contempler toutes ses merveilles !!!

  

  

Bonne nuit et à très bientôt !